Je me souviens ….

J’ai été enfant d’infirmière hospitalière,

Je me souviens de l’absence de maman aux repas de famille le dimanche, aux soirées de Noël, aux fêtes d’anniversaire, aux fêtes de l’école

je me souviens lui avoir dit « maman, si tu m’aimes, ne va pas travailler, reste avec moi… »

Je me souviens aussi

Et je suis devenue infirmière…

et l’histoire s’est reproduite avec mes enfants.

À toutes les mamans et à tous les papas soignants

Je voudrais vous dire

Faites des câlins … Beaucoup de câlins !

Comme ma maman, J’ai dit : « Je t’aime ma chérie, de tout mon coeur ! Mais tu vois, à l’hôpital il y a des malades qui m’attendent pour les soigner, ils ont besoin de maman … »

Et de temps en temps partagez avec eux votre joie d’avoir appris la guérison d’un patient

Se souvenir

Ce n’est pas la quantité de temps que vous passez avec vos enfants qui compte le plus mais la qualité de ces moments.

Alors Prenez soin de vous et prenez soin de tous ces petits doux moments qui permettent d’affronter les moments plus difficiles.

La vie est belle, croquons la à pleines dents !

Soyons fiers de nos journées de travail qui trouvent sens auprès de chaque patient, de chaque collègue dont on prend soin.

4 réponses

  1. Merci beaucoup pour vos échanges Stéphanie et Sabine, j’espère que d’autres se joindront à nous.
    Oui je pense aussi que c’est un peu plus compliqué pour une maman avec un nouveau-né.
    Elle doit gérer une séparation alors qu’elle commence juste à mettre en place une bonne interaction avec son bébé.
    Nous y sommes arrivées et nos enfants s’en sont bien sortis !
    Aujourd’hui il existe le congé parental qui est de droit jusqu’aux 3 ans de l’enfant, pour celles qui peuvent en bénéficier.

    1. Et oui ce congé parental est une très bonne chose.
      Je l’ai pris 6 mois pour mes 2 filles à chaque fois et cela m’a permis de profiter pleinement de mes bébés ,et ce jusqu’à ce qu’elles aient 9 mois période à laquelle j’ai repris le travail.
      Ça a été un bien être pour tout le monde.

  2. Quel bel article criant de vérité .
    Et oui on a toute vécu ces moments avec nos enfants .
    Il a fallu expliquer nos absences .Mais nous sommes aussi présentes à beaucoup d’événements dans leur vie d’enfants et d’adolescents .Avec nos horaires décalés on peut être présente le matin ou le soir. Il faut leur expliquer ,leur parler et les enfants s’adaptent très bien à cette situation.
    Et oui il faut privilégier la qualité de ces moments .

  3. C’est très émouvant cet article… L’état français devrait quand même s’inquiéter de ses générations futures et permettre à un parent de pouvoir rester auprès de ses enfants jusqu’à ce qu’ils puissent avoir cette conscience des choses dont vous parlez. Les bébés ne font que subir l’absence de leur parent et n’ont aucune notion du temps, aucun repère de rythme avec ce parent absent…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.