Patient vient du latin patiens qui signifie « supporter, endurer, souffrir ». Le malade est donc défini comme passif face au médecin à qui revient le rôle de soigner et si possible de guérir.

L’expert c’est «  celui qui a une connaissance et une expérience approfondies qui le rendent compétent dans un domaine donné » 

L’expertise est « la compétence que possède un expert lui permettant de trouver la solution précise et complète d’un problème »

Le patient-expert

Par l’éducation thérapeutique, le patient acquiert des compétences d’auto-soins permettant de soulager un symptôme et de réaliser des gestes techniques. Il s’agit en général de patient atteint d’une maladie chronique. L’objectif est de le rendre le plus autonome possible face à sa maladie.

Permettre à des patients qui le souhaitent de devenir patient expert se révèle bénéfique à plusieurs niveaux :

Les compétences et savoirs du patient -expert dans la prise en charge soignante des autres patients

Le patient-expert possède de nombreuses connaissances, qui peuvent parfois dépasser celles des infirmiers (surtout quand cela sort de la spécificité dans laquelle il exerce.)

Comment sont-elles exploitées ?

La plupart du temps, l’intervention du patient expert se résume, par le biais d’une association,  à témoigner pour permettre les échanges d’expériences avec les malades 

                  Les enjeux pour les soignants

Une difficulté à céder « un peu de son pouvoir de soignant » reconnu par le diplôme, surtout quand il y a des démonstrations de « pratiques soignantes »

Un sentiment de dévalorisation quand le soin ou les connaissances ne sont pas maitrisés

Une réflexion sur le sujet encore peu abordée sur les motifs de manque de moyens (ou de temps) pour permettre une vraie collaboration en toute confiance

Le patient-expert est en capacité d’agir et de prendre des décisions seul. Il intervient dans les soins et semble au même niveau (voire au niveau supérieur de l’infirmier).

L’intégration des compétences et savoirs du patient-expert dans sa prise en charge par le soignant 

Une pratique à l’hôpital encore bien protocolisée et contrôlée qui donne tout pouvoir au médecin : « le traitement, les soins doivent d’abord  être prescrits par le médecin pour ensuite être exécutés par les infirmiers »

Ce qui a pour conséquences :

Réussir un partenariat soignant/soigné-expert  c’est :

Élargir le champ de responsabilité des patients (contrat de soin)

Permettre la réalisation d’un vrai projet de soin en considérant le patient comme acteur et non comme passif

Pour permettre cela, l’équipe soignante devra

Se documenter sur les dernières publications pour enrichir ses connaissances, apporter des arguments qui tiennent la route pour amener le patient-expert à réajuster et à améliorer sa pratique

Faire progresser notre prise en charge qui est encore très encadrée à l’hôpital comme : attendre que le médecin prescrive avant de donner un traitement, retirer le traitement aux patients…

Sommes-nous prêts à faire évoluer nos pratiques soignantes au regard d’une prise en compte de l’expertise des patients ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.